Imprimer
Réduire la taille du texte
Aggrandir la taille du texte

N°187
Spectacle
Cie Mémoires Vives, Fondation du Camp des Milles, Centre socio-culturel Jean-Paul Coste
3 décembre 2014, Aix-en-Provence

La Compagnie Mémoires Vives, le Centre socio-culturel Jean-Paul Coste, et la Fondation du Camp des Milles - Mémoire et Éducation présentent N°187, une adaptation libre et pluridisciplinaire du Diable en France de Lion Feuchtwanger, écrivain interné au Camp des Milles.

Mercredi 3 décembre 2014 à 19h30
Au Site-Mémorial du Camp des Milles
Billets en vente sur place au tarif de 5 euros
Réservation conseillée : culture@campdesmilles.org

 

 

"Nous sommes dans un futur, proche ou lointain. Un pouvoir autocratique et totalitaire s’est installé par les urnes, porté par le populisme et nos abandons successifs aux sombres desseins. La haine de l’Autre, le racisme, l’antisémitisme. La déshumanisation des êtres. L’élimination par la sélection. La création et l’exploitation des superflus. L’Homme doit être vidé de son humanité pour en faire une superfluité efficiente, une individualité sans identité, indéfinie, utile et nécessaire à la production et à la consommation." Yan Gilg, metteur en scène, Cie Mémoires Vives.

Le Camp des Milles, devenu lieu de mémoire, est ré-ouvert et affecté à l’internement, à la mise en quarantaine et à la guérison des “inutiles”, des “malades” et des “déviants”. S’y retrouvent des artistes libres penseurs d’origines et d’horizons divers.

Comme d’autres avant, ici même, ils vont réaffirmer l’art comme outil de résistance et d’humanité. Comme le firent avant eux les “internés” de 1940, victimes de l’indolence administrative, du “je-m’en-foutisme”, du Diable en France.

En phase avec la dimension réflective du mémorial du Camp des Milles, la pièce interroge les mécanismes qui ont conduit et peuvent conduire au fascisme, questionne la mécanique du « bouc émissaire », la résurgence des « vieux démons » qui dans les temps de crise se nourrissent de nos peurs et nos angoisses les transformant peu à peu en haine de l’autre et en abandon de soi. C’est bien cette dimension qui nous interpelle et nous intéresse, qui donne au lieu de mémoire sa fonction fondamentale : se souvenir pour ne pas reproduire.

Avec cette création, l’objectif est de permettre aux jeunes du territoire de comprendre et s’approprier l’histoire des camps à partir de l’ouverture du Mémorial du Camp des Milles, et de créer un objet culturel pluridisciplinaire autour de la mémoire afin de devenir à leur tour des passeurs de mémoire.

Hip-hop / rap / slam : Nicolas Dumont, Riadh Remili, Jules Sauvage, Melissa Cherit, mathieu Mimart, Salah Kouiel, Camille Lozzi, Arthur Serfaty, Laura Serfaty, Robin Zanger

Graff : Servan Robert, Diego Konicheckis

Bande son : Thomas Deschamps, Julien Martinez, Bastien Oza

Théâtre : Stéphanie Beltramo, Sofy Joradna, Flora Gervais, Chloé Droulin, Morgane Lacasse, Arthur Dumas, Florian Onnéin

Danse contemporaine : Cindy Renaudie, Manon Trompowsky, Hélène Mohamed, Chloé David

Vidéo : Agnès Maury, Romain Menu

Graphisme : Diego Konicheckis, Armand Maurin

Retrouvez toutes les infos et le dossier artistique du spectacle en consultation sur le site de la Compagnie Mémoires Vives.










 

 

 


Mise à jour : mercredi 20 septembre 2017
| Mentions légales | Plan du site |> RSS 2.0