Imprimer
Réduire la taille du texte
Aggrandir la taille du texte

Marseille, un journal sonore
Festival - Biennale HMIT
MuCEM
Du 19 au 28 septembre 2015, Marseille

Invités du MuCEM, des artistes sont conviés chaque année à développer une création sonore en lien avec la cité phocéenne. L’ensemble des œuvres ainsi créées compose au fil du temps, un journal sonore de Marseille, dont les pages s’écrivent lors de chaque nouvelle édition de Marseille Résonance.

Marseille écoute Marseille de Erdem Helvacioglu

Marseille écoute Marseille est une installation électroacoustique en prise directe avec la ville : enregistrements captés sur le Vieux-Port, sons de musiciens de rue, grincement de cordes de bateaux, ou vibrations du vent, s’entrecroisent et se mêlent à divers genres musicaux comme le hip-hop, l’électro, la noise, le drone…
 
Les yeux fermés, on redécouvre des paysages sonores qui nous sont bien familiers.


Carroussa sonore de Younes Baba-Ali, en collaboration avec Anna Raimondo

La carroussa est un module précaire de vente ambulante que l’on retrouve dans le paysage urbain marocain avec une fonction bien précise : vendre des CD coraniques en diffusant dans les rues des versets religieux.

En 2014, au MuCEM, la carroussa de l’artiste Younes Baba Ali gardait son aspect traditionnel, mais diffusait un panorama de créations sonores contemporaines : spoken word, art radiophonique, musique expérimentale… Inspirées de Marseille, de son espace urbain, géographique, politique ou poétique, ces créations « traduisent » la ville en sons.


Psychoréographies de Nikolaus Gansterer

L’artiste autrichien Nikolaus Gansterer s’intéresse aux liens entre le dessin, la pensée et l’action. Médiateur entre la perception et la réflexion, le dessin joue un rôle essentiel dans son projet Psychoréographies.
 
A l’invitation du MuCEM, il a exploré la ville de Marseille en y développant des techniques inspirées des Situationnistes, pratiquant le non-sens avec tous ses sens. La réflexion urbaine des Situationnistes constitue en effet la première expression d’un droit à la ville, tel que l’entendait Lefebvre, pour « changer la vie en changeant la ville ».
 
Le produit de ses recherches, rencontres et expériences se verra traduit en une série de « paysages psychoréographiques » brouillant les frontières entre égo et géographie.
 
Composés de sons, d’objets et de dessins, ces diagrammes multidimensionnels seront activés et transformés au MuCEM lors d’une performance de « translecture » : une lecture non pas par la parole, mais par le geste et le son. Une lecture de la ville par l’action.


Installations visibles au Forum, durant les heures d’ouverture du MuCEM Performance le 19 septembre à partir de 15h
Entrée libre

Événement organisé dans le cadre du Festival Marseille Résonance 2015, du 17 au 28 septembre 2015.

+ d’infos sur le site du MuCEM










 

 

 


Mise à jour : mercredi 20 septembre 2017
| Mentions légales | Plan du site |> RSS 2.0