Imprimer
Réduire la taille du texte
Aggrandir la taille du texte

Îlot Chieusse-Pasteur, de l’Estaque au Musée d’Histoire
Une émission de Marc Voiry, Web Radio Zibeline - ACT - Biennale HMIT

Décembre 2015/Janvier 2016


C’est sûr il y a Notre-Dame de la Garde, le Palais Longchamp, l’abbaye St Victor, la Cathédrale de la Major, Espérandieu, Vauban, Puget, les immeubles Pouillon, la Corniche, le Corbusier… Mais si l’on ne résume Marseille qu’à ces sites, monuments, et noms prestigieux, si l’on arrive pas à intégrer dans le patrimoine commun la façon dont les quartiers populaires se sont construits, et la vie qu’y menaient (qu’y mènent encore) leurs habitant(e)s, on ne saura rien construire de solide pour un avenir commun, partagé, dans cette ville.

L’association ACT (Approches Cultures et Territoires), qui est aussi un centre de ressources, travaille depuis de nombreuses années à la reconnaissance de cette mémoire et histoire populaires, par de nombreux projets autour de l’histoire des immigrations et des territoires en Provence Alpes Côte d’Azur.

Dernière action en date, un partenariat avec le Musée d’Histoire de Marseille autour de la mémoire et l’histoire de l’îlot Chieusse-Pasteur à L’Estaque, détruit à la fin des années 1990 – début 2000. Un ensemble d’habitations auto-construites, longtemps qualifié de bidonville, autour duquel une collecte participative a été organisée. Et restituée-exposée depuis le 1er décembre dernier, jusqu’au 31 janvier prochain, dans la séquence 13, la section « contemporain » du Musée d’Histoire.

Émission spéciale réalisée par WRZ en partenariat avec ACT, en compagnie de Ramzi Tadros, Leïla Yahiaoui-Tadros, et Bertrand Reymondon.

Par Marc Voiry - Janvier 2016
Photo : Toits dans l’îlot Chieusse-Pasteur


Retrouvez cet article sur le site de Web Radio Zibeline










 

 

 


Mise à jour : mardi 21 novembre 2017
| Mentions légales | Plan du site |> RSS 2.0